MENU

Andrei Zlobin, étudiant russe à Chimie ParisTech - PSL, témoigne

Andrei Zlobin, étudiant de l’Université d’Etat de Novosibirsk, est venu étudier l’ingénierie et la chimie à Chimie ParisTech – PSL. Il a été admis  via le Programme d’Admission International de ParisTech et profite de la vie à Paris.

 

CANDIDATURE AU PROGRAMME INTERNATIONAL D’ADMISSION DE PARISTECH

- Comment avez-vous appris l’existence du Programme International d’Admission de ParisTech ?

Au cours de ma troisième année à la NSU, j'ai été intéressé par une annonce concernant le recrutement d'étudiants pour des programmes de double diplôme avec les grandes écoles françaises, car j'avais depuis longtemps prévu de partir à l'étranger pendant mes études de master ou de doctorat. Comme la réunion s'adressait aux étudiants de quatrième année, j'avais une année de plus pour réfléchir à ma participation.  L’année suivante, le recrutement a été répété et je me suis inscrit.

- Pourquoi voulez-vous étudier en France ?

Au cours de mes activités extra-curriculum en Russie, j'avais rencontré de nombreux scientifiques et entrepreneurs qui ont réussi. Selon eux, il est préférable de recevoir le premier enseignement supérieur (licence) en Russie, principalement  en raison de la partie théorique solide et complète, puis de chercher des options de master à l'étranger, car ce n'est qu'ainsi que l'on peut tirer le meilleur parti des différents systèmes éducatifs, acquérir une expérience fondamentalement nouvelle et de nouvelles compétences qui peuvent être appliquées en pratique dans son domaine, et acquérir une nouvelle perspective sur le monde. Je peux maintenant confirmer leurs dires. De plus, les grandes écoles françaises sont des institutions de haut niveau, dont le diplôme est connu, prestigieux et respecté dans le monde entier. Le système éducatif des écoles d’ingénieurs offre non seulement une forte concentration sur la spécialisation choisie, mais aussi des connaissances en gestion, en entrepreneuriat et en économie. Malgré la pandémie, beaucoup de mes camarades de Chimie ParisTech sont envoyés dans les meilleures entreprises et laboratoires scientifiques du monde. Étudier en France offre également une occasion unique de toucher du doigt l'histoire et la culture séculaires de ce pays, en vivant cette atmosphère authentique littéralement tous les jours.

- Est-ce que vous connaissiez les écoles de ParisTech avant de poser votre candidature ?

L'année précédant la candidature, j'ai participé à une réunion d'étudiants avec la directrice du centre français de la NSU et la coordinatrice des programmes d'éducation internationale, Michèle Debrenne. Lors de cette réunion d'orientation, la plupart des caractéristiques principales de chaque école de ParisTech ont été expliquées. Avant cela, je ne savais rien du système des écoles d’ingénieur et je n'avais aucune idée qu'il existait d'autres programmes en Europe que la licence et le master.

- Comment avez-vous trouvé de l’information sur les écoles de ParisTech ?

Avant et pendant la procédure de candidature, j'ai consulté la coordinatrice des programmes de formation internationaux de la NSU et j'ai cherché des informations sur Internet. Plus tard, j'ai pu trouver les informations manquantes auprès des représentants de l'école choisie (lors de l'entretien ou des réunions d'orientation). Les anciens du programme ont également été très utiles.

- Pourquoi avez-vous choisi de postuler en particulier à ParisTech ? Qu’est-ce que vous souhaitez y étudier ?

Outre le fait que ParisTech comprend deux écoles qui m'intéressent en termes de profil – Chimie ParisTech et l'ESPCI, il existe depuis longtemps un programme de double diplôme entre la NSU et ParisTech, qui développe la mobilité des étudiants. La coordinatrice des programmes éducatifs internationaux de la NSU, Michèle Debrenne, a présenté cette collaboration de manière très détaillée ; et comme j'avais déjà commencé à chercher un programme de master à l'étranger, cette opportunité particulière me semblait tout à fait réalisable avec un minimum de risques. La procédure de candidature était aussi claire que possible, il était toujours possible de contacter les anciens élèves et de poser des questions, l'examen et les entretiens suivaient une forme prédéterminée, et la procédure de demande de bourses était déjà élaborée et connue. À chaque étape de la demande, j'ai senti le soutien et la compréhension des deux parties, russe et française.

- Quelles sont les compétences que vous souhaitez acquérir dans une école ParisTech ? Comment voyez-vous la différence entre le master en Russie et le diplôme d’ingénieur en France ?

En fait, j'ai acquis et développé beaucoup plus de compétences et de capacités au cours de mon programme de double diplôme que je ne l'avais prévu. J'aime beaucoup le fait que les écoles d’ingénieur mettent l'accent sur la gestion, l'économie, l'esprit d'entreprise et le positionnement sur le marché du travail, car dans la Fédération de Russie, l'enseignement scientifique est plutôt théorique et fondamental et ne touche pas ces caractéristiques importantes du monde professionnel moderne.

À mon avis, la principale différence réside précisément dans le système éducatif : les ingénieurs français ont le temps d'apprendre et sont diplômés plus rapidement que les étudiants russes (la différence d'âge est de 2-3 ans). Pour les Français eux-mêmes, la formation d'ingénieur dure 3 ans ; ils y accèdent, contrairement à nous, par les résultats de cours préparatoires spéciaux assez compliqués, en quelques années après une excellente scolarité. Plus globalement on peut dire que le système éducatif français fournit plutôt des connaissances pouvant être appliquées dans la pratique, tandis qu'en Russie, il s'agit d'une éducation totalement fondamentale.

- Comment avez-vous préparé votre candidature (test scientifique, entretien) ?

L'une des phases du recrutement était le test scientifique dans différentes disciplines. Je me suis préparé en suivant plusieurs tutoriels, mais pas autant que je l'aurais souhaité. Je l’ai néanmoins assez bien réussi, et j'ai même obtenu de meilleurs résultats en mathématiques et en physique qu'en chimie, ce qui ne m'était jamais arrivé auparavant. Avant l'entretien, on nous a également expliqué le format de l'entretien : ce que l'on attend de nous, les questions qu’on peut nous poser. Comme pour le CV et la lettre de motivation, je ne pensais pas seulement à mes points forts et à mes compétences clé, mais je réfléchissais également à mon futur "projet professionnel", c'est-à-dire aux perspectives que le programme de double diplôme pourrait m'offrir et à la manière dont je les utiliserais. Si vous avez peu d'expérience d’ entretiens en langue étrangère, je vous recommande de réfléchir à l'avance à toutes les questions et réponses possibles, de préparer une liste de vocabulaire approprié à vos projets (universitaires ou autres) et de s’entrainer à raconter une histoire agréable et cohérente.

- Le site de candidature du Programme International d’Admission de ParisTech va ouvrir le 1er juin 2021 : est-ce que vous avez des astuces pour les étudiants qui souhaitent postuler à ParisTech ?

En fait, le conseil de base est le suivant : croyez en vous et en vos capacités. Étudier dans les programmes de double diplôme des écoles ParisTech est vraiment une expérience inoubliable et très importante qui changera certainement votre vie.

Il n'est pas nécessaire de connaître la langue au début du programme, vous pouvez l'apprendre pendant la période entre la sélection et vos études si vous le souhaitez. Ne tirez pas de conclusions à l'avance quant à votre capacité à être admis ou à obtenir une bourse ; profitez des occasions qui se présentent. Si les bourses ne fonctionnent pas, cherchez un soutien auprès de l’école ou d'autres bourses dans votre pays pour les étudiants qui étudient à l'étranger.

 

PRÉPARER SON SÉJOUR EN FRANCE

- Avez-vous appris le français avant de postuler au Programme International d’Admission de ParisTech ? Si ce n’est pas le cas, comment l’avez-vous appris avant d’arriver dans l’école de ParisTech ?

Non, j'ai étudié l'anglais et l'allemand à l'école, où j'ai obtenu de très bons résultats aux olympiades et aux examens (ce que j'ai certainement indiqué dans mon CV). Dès que j'ai appris que j'étais admis à Chimie ParisTech, je me suis inscrit à des cours de français au centre français de la NSU. De plus, je suis arrivé en France un mois avant mes études pour participer à un cours intensif de FLE dans le cadre d'une école d'été. Par conséquent, avant le début des études, j'ai passé un  examen et validé un niveau B2 (il est vrai qu'à l'époque, je dirais qu'il était plutôt faible). Pendant mes études, j'ai suivi les cours obligatoires de FLE pendant les trois semestres, et j'ai également participé aux "ateliers" de conversation avec mes camarades de classe, organisés directement par l’école. En conséquence, le dernier semestre (un an et demi après mon arrivée en France), j'ai étudié dans le groupe de  niveau  C1.

- Avez-vous postulé pour une bourse ? Laquelle ?

Oui, j'ai postulé pour une bourse Eiffel et pour une bourse de l'ambassade de France en Russie. Malgré la présence de quelques B dans mon diplôme, j'ai réussi à obtenir la bourse Eiffel, qui était apparemment favorisée par mon projet professionnel et mon CV "scientifique".

- Etes-vous régulièrement en contact avec ParisTech ou votre future école ?

Oui.

 

VOTRE PROJET

- Pensez-vous entrer sur le marché du travail une fois votre diplôme obtenu, ou souhaitez-vous faire une thèse en France ?

En fait, pendant mes études en France, à Chimie ParisTech, j'ai changé d'avis à ce sujet, mais maintenant, étant déjà dans la phase finale de mon programme de double diplôme, je cherche des possibilités d'études supérieures en France. Malheureusement, à cause du COVID-19, il n'y a pas beaucoup d'offres,  moins  que les années précédentes, leur publication est un peu retardée, mais je ne perds pas espoir et j'envoie mes candidatures aux postes vacants sur les sujets qui m'intéressent.

- Quels sont vos objectifs professionnels, et comment pensez-vous qu’étudier dans une école de ParisTech va vous aider à y parvenir ?

Je pense qu'un diplôme d'ingénieur de Chimie ParisTech fait de moi un candidat plus attractif pour les laboratoires français et européens, du moins lorsqu'on évalue la concurrence entre étrangers. Beaucoup de recruteurs ne comprennent pas le système éducatif russe et les notes russes, donc le diplôme français dans le CV sera une sorte de point de départ pour eux. Quoi qu'il en soit, , nous  saurons bientôt si c’est vrai ou non,, car je serai (ou ne serai pas) admis dans une école doctorale en France . 

 

 

Retrouvez Andrei sur YouTube

LES ÉCOLES de ParisTech